Pages Menu
Rss

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page

Categories Menu

Publié par le 19 Juin, 2017 dans Partir Maroc | 0 commentaire

Patrimoine archéologique de l’Oriental marocain & promotion du tourisme durable

L’Oriental marocain renferme de nombreux sites préhistoriques dont certains sont connus à l’échelle mondiale comme la grotte des Pigeons à Tafoughalt, la grotte d’Ifri N’Amar à Nador et la grotte du Rafas au sud d’Oujda. Plusieurs autres sites importants ont été répertoriés et commencent à être étudiés. Les sites et les objets archéologiques, de grande valeur scientifique et patrimoniale, qui y ont été découverts constituent des mines d’informations sur nos ancêtres et ont permis des avancées importantes en archéologie à l’échelle mondiale. La dernière découverte à Jbel Irhoud (au sud-ouest de Casablanca) des squelettes fossiles d’Homo sapiens datés de 300000 ans, souligne une fois encore l‘importance du Maroc en ce qui concerne l’évolution des Homo sapiens.

Quant à la région de l’Oriental marocain, qui subit des influences culturelles méditerranéennes au Nord et africaines au Sud, elle est caractérisée par la diversité des traces laissées par nos ancêtres : industrie lithique, restes osseux, art pariétal, fortifications anciennes, etc. Autant de preuves sur l’installation des hommes préhistoriques dans cette région. Les plus anciens témoignages de l’existence de l’homme dans l’Oriental marocain sont des bifaces découverts dans la vallée de Moulouya montrant que des hommes ont sillonné cette partie du Maroc au Paléolithique inférieur. Les hommes « modernes » se sont installés dans la région depuis des centaines de milliers d’années comme le souligne le dernier ouvrage paru à ce propos : « L’Oriental marocain, des centaines de milliers d’années d’humanité, visite guidée et commentée de l’habitat paléolithique », par A. Bouzouggar, P. Michel et E. Talbi (2016).

Les sites préhistoriques et les objets archéologiques qu’ils recèlent continuent à être étudiés afin d’enrichir et d’affiner les connaissances sur nos ancêtres et de remplir les lacunes qui existent dans nos archives préhistoriques. L’état actuel de nos connaissances sur la préhistoire de l’Oriental, peu exploré, change avec chaque démarrage de nouvelles fouilles.

En plus de son apport scientifique incontestable, ce patrimoine archéologique est mis peu à peu au service du développement socio-économique et culturel de la région par la promotion du tourisme culturel. L’attractivité touristique du Maroc n’est pas à démontrée puisque, malgré la conjoncture défavorable, il occupe la 3ème position en Afrique d’après le rapport du Forum économique mondial. La région de l’Oriental qui était à l’écart de la dynamique touristique nationale, a développé depuis quelques années des offres touristiques qui s’inscrivent dans le cadre du tourisme durable. La région de l’Oriental offre de nombreux sites naturels et archéologiques où les amateurs de géologie, d’archéologie, d’écologie et d’histoire peuvent vivre des aventures uniques (voir : http://www.naturepatrimoine.org/tourisme/index.html).

L’Association Nature et Patrimoine (ANAP) qui œuvre pour la préservation et la valorisation du patrimoine naturel de l’Oriental, entreprends des actions d’information et de sensibilisation auprès des citoyens et responsables de la région afin de les inciter à s’engager pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine préhistorique de la région.

L’entrée de la Grotte des Pigeons à Tafoughalt.

Randonnée pédestre autour de la grotte des Pigeons à Tafoughalt.

 

EL Hassan Talbi

Professeur à l’université Mohammed Premier – Oujda

Président de l’Association Nature et Patrimoine (ANAP)

www.naturepatrimoine.org

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *