Pages Menu
Categories Menu

Publié par le 2 Sep, 2020 dans Partir Voyager | 0 commentaire

6 façons de voyager durable

6 façons de voyager durable

Réduisez votre impact sur la planète, soutenez les économies locales et protégez la faune

Les Nations Unies ont désigné 2021 Année internationale du tourisme durable pour le développement  – c’est une nouvelle occasion de sensibiliser le monde à la manière dont le tourisme responsable peut agir comme vecteur de changement positif.

Les trois piliers du tourisme durable sont les pratiques respectueuses de l’environnement (réduire, réutiliser, recycler); la protection du patrimoine culturel et naturel (restauration de bâtiments historiques ou sauvegarde d’espèces menacées); et offrir des avantages sociaux et économiques tangibles aux communautés locales (allant du respect des droits des peuples autochtones au soutien de salaires équitables pour les employés).

Voici six choses que les globe-trotters peuvent faire pour atténuer leur impact sur la planète

Évitez l’avion et prenez le train

Faites partie du mouvement «slow travel» en allant dans moins d’endroits et en passant plus de temps dans chacun. Le voyage en train est un bon moyen d’y parvenir. Non seulement vous ressentirez un sentiment d’immersion plus profond, mais vous réduirez également votre empreinte carbone, un bon point pour le changement climatique. Certaines de mes destinations préférées pour voyager en train sont L’Europe, l’Inde, l’Asie du Sud-Est, l’Afrique de l’Est et la Chine.

Donnez, l’exemple

De nombreux voyageurs bien intentionnés apportent des bonbons, des vêtements usagés, des livres et des crayons à distribuer aux enfants et aux villageois des pays en développement. Malheureusement, ce genre de don a souvent des conséquences inattendues – il peut semer le conflit communautaire et encourager une culture de dépendance et de mendicité. J’ai vu deux femmes Masaï en Afrique se battre pour un T-shirt qu’un touriste souriant avait distribué; dans certaines régions d’Asie, les premiers mots anglais que les enfants apprennent sont “Give me chocolate”.

Il vaut mieux donner – que ce soit de l’argent ou des biens – à des organisations locales réputées qui travaillent sur des programmes de protection sociale, ou à des groupes internationaux qui s’associent avec elles.

Dites non au plastique.

Le Great Pacific Garbage Patch , une masse tourbillonnante de déchets anthropogènes qui s’étend sur des milliers de kilomètres de l’océan, comprend des milliards de bouteilles et de sacs en plastique jetables qui mettront des centaines d’années, à se décomposer, tout en faisant des ravages sur les écosystèmes marins.

Faites partie de la solution en optant pour de l’eau purifiée localement dans des bouteilles en verre recyclable (sous les tropiques, je compte principalement sur les noix de coco vertes pour rester hydraté) et en portant des sacs fourre-tout dans vos bagages que vous pouvez utiliser tout en parcourant les marchés de rue et les magasins. Non seulement cela réduira les déchets plastiques, mais cela réduira également votre empreinte carbone – les produits pétroliers sont un élément de base dans la fabrication de bouteilles et de sacs en plastique.

Optez pour un éco-voyagiste

J’explore par moi-même la plupart du temps lorsque je voyage, mais lorsque je recherche les services d’un fournisseur de voyages, je pose toujours trois questions avant de m’inscrire: Quelles sont les pratiques écologiques de votre agence de voyage? Pouvez-vous me donner un exemple de la manière dont vos voyages contribuent à protéger et à soutenir la faune ou le patrimoine culturel? Employez-vous des guides locaux lors de vos voyages?

De nos jours, toute agence qui ne peut fournir une réponse claire est en retard. Choisissez-en un autre.

Soutenir la vraie économie locale

L’artisanat et les souvenirs fabriqués localement ne sont pas toujours moins chers, mais leur achat garantit que votre contribution à l’économie aura un impact plus direct et positif.

À Cancun, par exemple, certaines boutiques de cadeaux vendent des sombreros mexicains «traditionnels» importés de Chine car ils coûtent moins cher, tandis que les artisans du village qui fabriquent les chapeaux à la main facturent plus. La différence ne réside pas seulement dans le prix. L’achat des vrais sombreros soutient le patrimoine culturel authentique et fournit les emplois nécessaires aux habitants qui les fabriquent.

N’achetez jamais de produits de la faune, point final

Lors d’un voyage dans la baie d’Halong, au Vietnam, j’ai vu un groupe de touristes américains marchander avec des villageois qui vendaient certains des plus beaux coquillages que j’ai rencontrés au cours de mes voyages.

De même, en Mongolie, j’ai vu deux routards marchander sur un marché en plein air pour acheter un chapeau de chasseur d’aigle cousu à la main en fourrure de loup sauvage. Ces voyageurs aidaient par inadvertance à soutenir le marché en croissance issu du trafic de produits de la faune rares et menacés comme souvenirs. Dites juste non.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *