Pages Menu
Rss

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page

Categories Menu

Publié par le 16 Nov, 2018 dans Partir Thailande | 0 commentaire

Le récit nostalgique d’un trek à Chiang Mai

Le récit nostalgique d’un trek à Chiang Mai

Chiang Mai, est une destination très populaire du nord de la Thaïlande. Ce qui fait son succès est cet incroyable mélange de culture, de richesse de la vie sociale, et les superbes paysages naturels à seulement quelques dizaines de kilomètres quand vous êtes en ville.

Se lancer et choisir un trek

La deuxième fois que j’ai séjourné à Chiang Mai, l’envie m’a pris d’essayer de faire un trek. J’avais souvent entendu dire et lu que c’était quelque chose à faire absolument et que c’était vraiment LA chose à ne pas rater dans cette région. Je me suis donc décidé malgré mes doutes, à contacter une agence locale pour qu’elle m’organise cette randonnée sur 2 jours. Mon anglais étant très limité, j’ai naturellement cherché une agence francophone locale et à ma grande surprise j’en ai trouvé une assez facilement sur internet en tapant simplement « guide francophone Chiang Mai » et en cliquant sur la première réponse. Ils se sont montrés tout de suite très réactifs et je décidais donc de leur rendre visite pour choisir parmi les différentes possibilités. Mon choix se porta pour un trek loin des sentiers battus dans un parc national d’une zone appelée Mae Taeng avec départ le lendemain même.

Départ pour l’aventure

A 08h00 le lendemain mon guide, Chang, passa me chercher à mon hôtel en centre-ville et nous prirent la route. Chang su me mettre à l’aise tout de suite. Très détendu, très souriant et d’une grande jovialité, il me fit oublier que mon niveau d’anglais était un problème. Nous avons discuté dans un mélangé d’anglais de vache espagnole et de français charabia jusqu’à notre destination, point de départ du trek, soit pendant une heure environ. Le petit village tribal dans lequel nous sommes descendus de voiture semblait appartenir à une autre époque que celle à laquelle nous étions montés en voiture. Le dépaysement fut total. L’incroyable gentillesse et les sourires des habitants me frappèrent également.

Nous avons commencé la marche d’abord à travers des rizières et des terres agricoles pour finalement nous enfoncer dans la le vif du sujet, la jungle à proprement parler. Immédiatement, les sons, l’ambiance, la moiteur, la vue de mon guide marchant devant me transportèrent dans une autre réalité. Que ma vie en France me semblait loin, un peu comme si elle n’avait été qu’un rêve. Il est difficile d’imaginer cette sensation sans l’avoir ressentie.

Les bienfaits de la nature

Chang, mon guide prenait son temps pour m’expliquer les bienfaits et l’utilité de chaque plante ou arbre présentant un quelconque intérêt. Les plantes médicinales, le camphrier, la cannelle, et bien d’autres choses encore me firent réaliser à quel point la plupart des choses existent dans la nature et tous les bienfaits que celle-ci nous apporte. Avec quelques feuilles et plantes ramassées et un peu de viande et de riz achetés dans un marché sur la route en venant de Chiang Mai, Chang réussi à nous préparer un excellent déjeuner aux saveurs insoupçonnées. L’après-midi fut le prolongement de ce que nous avions vécu la matinée avec, cerise sur le gâteau, une cascade rencontrée en chemin et dans laquelle il fut excellent de se tremper.

On passa la nuit dans un petit village Karen isolé. Là encore gentillesse et sourires furent au rendez-vous. La nuit, passée a même le sol fait d’un tressage de lamelles de bambou, ce qui fait que ce n’est pas dur, passa en un clin d’œil. Bercé par les bruits de la vie sauvage nocturne nous entourant, il me fallut moins de cinq minutes pour sombrer dans les bras de Morphée.

La deuxième journée fut tout aussi excitante et riche en découvertes que la première. Sur le chemin du retour vers Chiang Mai je regrettai vraiment de ne pas avoir choisi un trek plus long, sur trois ou quatre jours. Mais ce n’est que partie remise car c’est décidé, à mon prochain passage à Chiang Mai, je ne manquerai pas de le faire.

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *