Pages Menu
Rss

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page

Categories Menu

Publié par le 14 Sep, 2017 dans Partir Chine | 0 commentaire

Chine : Route de la Soie moderne et ancienne

La Route de la Soie occupe une immense partie du territoire chinois. Cette terre qui fait temps rêver est aujourd’hui de mieux en mieux accessible grâce au développement des infrastructures de transports dans ces régions reculées de Chine.

Depuis août 2017, Xi’an, le point de départ de cette route mythique, est reliée à Lanzhou par une voie TGV. Un trajet coûteux en avion ou fatigant en train de nuit se réalise maintenant en seulement 3h de train à grande vitesse ! Lanzhou, située dans la province du Gansu, marque l’entrée du couloir de Hexi et, donc, des contrées perdues à l’ouest de l’Empire du Milieu. C’est à partir de ce point que l’on commence à ressentir cette atmosphère d’antan si typique de la Route de la Soie.
Le voyage est encore long jusqu’à Kashgar et la frontière chinoise mais qu’est-ce qu’il en vaut la peine ! Au Gansu, quasiment toutes les villes étapes sont accessibles par TGV pour rendre le voyage plus facile et surtout, moins long ! Alors qu’il fallait des semaines aux caravanes pour traverser le corridor de Hexi, il ne faut que quelques jours pour visiter Zhangye, Jiayuguan puis Dunhuang. Chacun propose une facette différente de la Route de la Soie ; que ce soit pour ses sites naturels, culturels comme historiques et religieux. La Route de la Soie, ce n’est pas que des dunes à perte de vue ; bien au contraire !
Une fois à Dunhuang, il est temps de passer la frontière avec le Xinjiang, une région autonome encore bien surveillée mais au passé fascinant. Depuis Turpan, le trajet s’effectue en voiture jusqu’à Kashgar. Il faut alors compter une semaine pour visiter Korla, Kuqa, Hotan et le très célèbre désert de Takla-Makan. Le voyage sur la Route de la Soie côté Chine se termine à Kashgar, cœur de la culture ouïgoure et ancien carrefour commercial majeur. De là, il faut soit prendre l’avion pour une autre destination, soit passer la frontière terrestre pour continuer vers les pays de l’Asie Centrale.
Que l’on soit passionné par les cités en ruines, les trésors bouddhistes, les vestiges d’anciennes civilisations ou encore par la vue de paysages à couper le souffle, on trouvera toujours son compte dans cette terre méconnue du continent asiatique.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *